European Horizons Toulouse

Dernière ligne droite avant les élections législatives en Lettonie

Le samedi 6 octobre, les électeurs lettons se rendront aux urnes afin de déterminer la nouvelle composition de leur parlement.

C’est un scrutin important pour cette petite République baltique1 environ 2.3 millions d’habitants, d’autant que le parlement letton est monocaméral, ce qui signifie qu’il est composé d’une seule assemblée législative. La chambre qui la constitue, la Saeima, est composée de seulement 100 députés élus au scrutin proportionnel pour une durée de quatre ans au sein des cinq circonscriptions que compte le pays. A titre de comparaison, l’Assemblée Nationale française est composée de 577 députés2Ces élections auront notamment pour objet de déterminer un nouveau gouvernement un premier ministre à sa tête, qui selon la Constitution lettone détient la majeure partie du pouvoir exécutif.

Les dernières élections de 2014 s’étaient vues remportées par le parti social-démocrate pro-russe harmonie (Saskaņa) qui s’est affirmé comme le premier parti politique du pays avec près de 23% des voix. Il devance le parti de centre droit Unité (Vienotība), pro-européen avec près de 21.87% des suffrages exprimés et le parti Union des verts et des paysans  (Zaļo un Zemnieku savienība) également pro-européen avec 19.74%. Mais c’est une coalition des partis pro-européens qui a permis de former une majorité et de détenir plus de la moitié des 100 sièges que compte la Saeima. Cette coalition est composée de cinq partis: le parti Unité, l’Alliance Nationale (Nacionālā Apvienība) et trois partis d’inspiration environnementale avec l’Union des Verts et des Paysans, Pour la Lettonie et le parti Liepaja.

Laimdota Straujuma, alors membre du parti Unité à l’origine de cette coalition, était devenue première ministre. C’était la première fois qu’une femme se trouvait à la tête du gouvernement letton3. Cependant, à la suite de nombreuses divisions internes au sein de son parti, Laimdota Straujula démissionna le 7 décembre 2015. Il faudra attendre le 11 février 2016 pour qu’un nouveau gouvernement soit formé avec à sa tête un nouveau premier ministre : Māris Kučinskis4, membre du parti Liepaja et investi par une large majorité de la Saeima. Ce sont les tensions internes du parti « Unité » qui ont entrainé la nomination d’un premier ministre d’un autre parti de la coalition.

A l’heure de faire le bilan de ces quatre dernières années, bien que la Lettonie reste l’un de pays les plus pauvres de l’Union, les indicateurs économiques sont au vert. Grâce à son entrée dans la zone euro en 2014, elle a pu bénéficier de fonds importants de la part de l’Union investis dans les dépenses publiques permettant une forte hausse de la croissance économique5. En 2017, c’est l’un des plus hauts taux de l’Union Européenne avec près de 3.8% selon le FMI. La consommation des ménages s’est également vue accroître grâce à l’augmentation régulière des salaires depuis 2014.

La Lettonie de ces dernières années, c’est également un gouvernement libéral qui a fait des réformes majeures dans les domaines du travail et de la fiscalité. Ces profonds changements ont abouti à une diminution de la dette publique qui figure désormais parmi les plus faibles de l’Union. Le chômage est passé sous la barre des 9% en 2017.

Cependant, la faible croissance des exportations ajoutée à une croissance importante des importations impactent de manière négative l’économie lettonne. De plus, la Lettonie fait face à un problème démographique avec un vieillissement de la population, et un taux de natalité parmi les plus faibles d’Europe. Le scrutin de samedi sera lourd de conséquences. Un des enjeux sensibles semble être la question de l’antagonisme entre la Russie et l’UE, à l’image des partis représentés à la Saeima. Parmi ces derniers, le parti Social-Démocrate représente la principale force d’opposition au gouvernement pro-européen.

Les élections d’octobre pourraient conduire à la formation d’une coalition, composée d’une alliance des partis pro-européens ou d’une coalition pro-russe.

C’est précisément dans ce but que le parti Nouvelle Unité a proposé un pacte de non coopération à l’encontre des partis pro-Kremlin, démontrant bien que cette volonté de former un gouvernement pro-européen est au cœur des préoccupations des parties européanistes. La Lettonie a toujours connu une forte influence de son voisin Russe. En revanche, depuis son entrée dans l’UE, la dépendance de la Lettonie vis-à-vis de la Russie s’est considérablement amoindrie du fait de l’ouverture de son économie au marché intérieur européen et de son entrée dans la zone euro7. Les relations entre les deux Etats sont tendues depuis la crise diplomatique entre le Royaume-Uni et la Russie en février8, suite à laquelle la Lettonie a annoncé l’expulsion de diplomates russes. La politique du gouvernement actuel de supprimer le russe dans certaines classes de l’enseignement secondaire a également fait polémique auprès de la population lettone russophone qui représente un quart de la population.

La corruption représente un autre enjeu sensible du scrutin.

L’indice de corruption en Lettonie en 2014 tel qu’il a été publié par Transparency international le classait à la 43ème place mondiale. L’indice de 2017 n’indique qu’une faible amélioration de la situation, la Lettonie ne gagnant que 3 places. Depuis 2017 ce ne sont pas moins de trois membres du conseil des gouverneurs au sein de la banque de Lettonie qui ont été mis en examen pour corruption.

Un sondage publié en 2017 par Eurobaromètre a indiqué que 84% de la population lettone estime que le paysage politique letton est fortement marqué par la corruption. Un parti outsider fait parler de lui à la veille des législatives ” A qui appartient le pays ?”, nouveau parti conservateur et eurosceptique fondé en 2016 par Artuss Kaimins. Ce parti a la volonté de faire de la lutte anti- corruption son objectif numéro un pendant le prochain mandat. Deux anciens responsables de l’agence anti-corruption (KNAB) ont rejoint ce parti en 2017, accroissant sa popularité à tel point qu’il ambitionnerait de devenir une réelle force d’opposition dans le cas où le prochain gouvernement serait également pro-européen.

Selon la dernière enquête d’opinion du mois d’août relatée par la fondation Robert Schuman, le parti sociale-démocrate Harmonie reporterait le scrutin avec 23% des suffrages exprimés.

L’Union des Verts et des Paysans obtiendrait quant à lui 14% du scrutin, devenant alors le deuxième parti politique du pays. Il serait alors suivi de l’Alliance Nationale, membre de la coalition et qui recueillerait 13% des suffrages tout comme ” A qui appartient le pays ?”. Enfin, on retrouve en bas du tableau avec 5% des intentions de vote la « Nouvelle Unité », l’ex-parti Unité9.

La nouveauté apportée par ces élections, comparées à 2014, réside dans le fait qu’un nouveau parti eurosceptique et pro-russe ambitionne de rentrer de manière significative au parlement. Le taux d’indécision à une semaine des élections reste cependant extrêmement élevé et pourrait influencer les résultats de manière considérable. Cette indécision pourrait s’expliquer par le fort désintérêt du peuple letton vis-à-vis de la politique qui serait dû d’une part aux problèmes de corruption mais d’autre part à l’histoire démocratique du pays. En effet il y a moins de 30 ans, le “rideau de fer” traversant l’Europe était encore bien debout, l’autonomie pour les citoyens de décider de leur avenir politique n’étant apparue qu’à la fin de la Guerre Froide. Ainsi, les résultats de ces élections pourraient mettre en cause la pérennité du projet européen letton car la division politique classique entre droite et gauche a définitivement cédé le pas face à la division entre pro-russes et pro-européens.

European Horizons Toulouse

 

1Crédit : carte Lettonie : wikipédia

2 Lettonie – Francija

3 20 minutes monde

4 Lettonie – Francija

Crédit photo : Laimdota Straujuma : lursoft

Crédit photo : Māris Kučinskis : ministru kabinets, Valsts kanceleja

5 Expert-comptable international

7 Expert-comptable international

8 La croix

9 Fondation Robert Schumann

 

Sources :

https://www.la-croix.com/Monde/Affaire-Skripal-seize-pays-annoncent-lexpulsion-diplomates-russes-2018-03-26-1200926779

https://www.lettonie-francija.fr/Election-parlement-saeima-presidence-republique-890

https://www.la-croix.com/Monde/Affaire-Skripal-seize-pays-annoncent-lexpulsion-diplomates-russes-2018-03-26-1200926779

http://www.expert-comptable-international.info/fr/pays/latvia/economie-3

https://www.20minutes.fr/monde/1278106-20140122-20140122-lettonie-laimdota-straujuma-premiere-femme-a-diriger-gouvernement

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/le-gouverneur-de-la-banque-centrale-de-lettonie-interpelle-768987.html

https://www.robert-schuman.eu/fr/oee/1772-2018-sera-t-elle-celle-de-l-arrivee-au-pouvoir-d-harmonie-en-lettonie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *