De la première cellule à l’être humain, tout un monde. Un monde d’évolutions, d’essais infructueux, de pertes et de gains de fonctions, d’adaptations à l’environnement, à l’écosystème, et à soi-même. L’intelligence est, tel le fruit qui éclot à partir d’une graine, un des aboutissements des efforts de la vie.

On entendra, ici, par intelligence la capacité d’adaptation plus ou moins rapide à un environnement différent, permettant une création et une innovation dans les réactions.

Louis Marie de Lahaye de Cormenin disait en effet que “L’homme n’a pas seulement un estomac à remplir, des bras à mouvoir, des pieds à faire marcher ; il a une intelligence qui le distingue des animaux et qu’il doit nourrir du pain de l’instruction.” La grande nouveauté de cette décennie, c’est que cette capacité, l’intelligence, n’est plus une spécificité humaine. Aujourd’hui, quelques lignes de codes, quelques “entrées”, quelques jours d’apprentissage, et un logiciel peut créer de magnifiques poèmes, de sublimes peintures ou de nouvelles musiques. Il peut conduire une voiture de façon autonome, inventer des nouveaux noms ou faire dire à Barack Obama des bêtises (ce qui n’est pourtant pas chose facile)

Laurent Gerra a du soucis à se faire.

L’intelligence artificielle, propulsée par le deep learning, révolutionne le monde tel que nous le connaissons. De très nombreux articles, écrits par des personnes bien plus spécialisés que moi, en témoignent. L’enthousiasme naïf laisse cependant place à la méfiance rationnelle. Une méfiance modérée par une limite semblable à une douche froide. Un logiciel exploitant une intelligence artificielle, jusqu’à aujourd’hui et à ma connaissance, est incapable d’originalité, dans le sens où un logiciel qui fait des poèmes, ne pourra jamais faire de film. Quelque soit la créativité dont il puisse faire preuve dans la poésie, il ne pourra rien faire d’autre, que de la poésie.

Comment outrepasser cette limite ? Comment est-ce que les logiciels peuvent évoluer seuls ? Nul ne semble le savoir. Cette barrière sera peut-être franchie demain ou dans un siècle…

Lorsqu’elle le sera, je pose la question, est-ce que cette intelligence artificielle totalement autonome représentera l’avenir de l’humanité, la nouvelle étape de l’évolution ?

Par Alaedine Benani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *